L’histoire, les origines du Feng shui

 

 

 

 

En chinois, Feng Shui signifie « vent et eau ».

 

Dès les civilisations anciennes de l’Egypte, de l’Inde et de la Chine,

on trouve des traces du Feng Shui. 
Les exemples les plus connus sont les pyramides d’Egypte ou les temples aztèques d’Amérique centrale.

                                               
                 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pyramides Egyptiennes                                           Temple Aztèque

 

Ses origines remontent au temps des anciens chamanes et à des religions basées sur la nature, c’était un mélange de rituels, de magie et de culte des ancêtres.
 

Il servait à déterminer le lieu des tombes suivant des principes énergétiques. 
 

Selon eux, des ancêtres heureux assureraient à leurs descendants une destinée plus heureuse.
Tous les principes essentiels du Feng shui sont chinois : le Chi, les 5 éléments, le Yin et le Yang. 

 

Il y a 4000 ans, cet art chinois consistait à choisir le lieu où les cinq éléments (eau, terre, feu, bois et métal) étaient le plus en harmonie pour y faire construire une maison. 
 

Au début, c’était une pratique secrète réservée aux lieux d’habitation des élites au pouvoir.
 

Après la seconde guerre mondiale et l’arrivée du communisme, le Feng Shui fut interdit en Chine mais se développa dans les contrées avoisinantes (Japon Malaisie, Corée…)
 

De nos jours, ces principes s’appliquent dans le but d’améliorer la qualité de la vie quotidienne des humains.